Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Jours après jours

 

Compte rendu de la CAPD du 12 mars 2015 :

Circulaire du Mouvement - Candidatures CAPA SH

 

Formation Magistere et CHSCT : les CHSCT doivent être entendus et le dispositif suspendu. 

 

Permutations 2015 : Une catastrophe annoncée.

 

 

 

 

Bourse du Travail Rue Fernand Pelloutier 60100 CREIL

03 44 66 43 05

 

snudi.fo.oise@orange.fr  

 

 

 

 

         

 

   

24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 19:21

Le SNUDI FO OISE change de site internet

 

Retrouvez nous sur

http://snudifo60.wix.com/snudifo60

 

 

Repost 0
Published by SNUDI FO OISE
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 13:30

Résultat des permutations :
une catastrophe (malheureusement) prévisible

 

Sur 16 330 demandes de changements de département en 2015, seules 3 539 ont obtenu satisfaction, soit un taux de 21,67 % (23,09 % l’an passé). Le taux de satisfaction des rapprochements de conjoints est d’environ 40 % cette année. Cela signifie que, dans l’Education nationale, plus de la moitié des collègues en rapprochement de conjoint sont encore séparés.

 

Quelles conséquences pour des milliers de collègues ?

Des milliers de collègues se demandent – alors qu’ils souhaitent muter depuis quatre ans et n’ont toujours pas obtenu leur permutation – comment ils vont pouvoir rejoindre leur famille. Certaines demandes de permutations d’un département vers un autre n’ont eu aucune satisfaction depuis plus de 6 ans. Quel espoir les collègues peuvent-ils encore avoir ? Le SNUDI-FO revendique le droit à mutation pour tous, et notamment pour les mutations légales (handicap, rapprochement de conjoints…). Il portera cette revendication à tous les niveaux, nationaux et départementaux.

 

Comment expliquer cette dégradation d’année en année ?

Une seule réponse : l’austérité budgétaire exprimée par le Pacte de responsabilité et ses 50 millions d’euro d’économies à réaliser car, pour résoudre ce problème qui s’amplifie d’année en année, il n’existe qu’une solution : le recrutement massif de fonctionnaires stagiaires.

Or, malgré les effets d’annonce, on constate que le compte n’y est pas… les classes sont de plus en plus surchargées, le remplacement se réduit comme peau de chagrin, le RASED est exsangue, les conditions de travail se dégradent d’année en année, avec un coup d’accélérateur sans précédent avec la mise en place des rythmes scolaires.

Ce problème de permutations de plus en plus difficiles à obtenir ne peut pas être dissocié des autres problèmes de l’Education nationale.

Avec un tel résultat aux permutations, nul doute que la phase des exeat-ineat (que nous invitons tous les collègues qui n’ont pas obtenu satisfaction à demander) va également être très réduite au vu de l’expérience des années précédentes.

 

Comme tous les ans, le SNUDI-FO demandera à ce que les 13 collègues en situation de handicap qui n’ont pas obtenu satisfaction puissent obtenir leur changement de département. Comme tous les ans, le SNUDI-FO demandera à ce que les collègues séparés ne vivent plus cette situation, a fortiori ceux qui le sont depuis plus de 4 ans (160). Comme tous les ans, le SNUDI-FO demandera que le Ministère, comme il le fait depuis deux ans,  impose des exeat-ineat en nombre conséquent aux départements.

 

Montreuil  12 mars 2015

 

Repost 0
Published by SNUDI FO OISE - dans Actualités SNUDI-FO
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 13:27

Compte-rendu de la CAPD du 12 mars 2015

 

La CAPD est  présidée par  Mme PÉTREAULT, Inspectrice d'Académie.

 

Ordre du jour :

  • Approbation du règlement intérieur de la CAPD
  • Départ en stage CAPA SH et DDEEAS
  • Adoption de la circulaire du mouvement intra départemental

 

La séance est ouverte par les lectures des différentes déclarations préalables.

 

  1.  I) Le règlement intérieur de la CAPD

Des modifications lexicales ont été apportées de ci de là.

Un article a retenu toute l’attention des organisations syndicales.  L’article 12. Il concerne l’autorisation de la prise de parole du suppléant  en présence du titulaire.

Le nouveau règlement n’autorise plus le suppléant à intervenir pendant la séance.

Le SNUDI FO est intervenu pour demander des explications sur ce changement.

Mme l’Inspectrice nous a répondu que c’était l’essence même des définitions de « titulaire » et de « suppléant » : le titulaire a le droit d’intervenir. Le suppléant ne peut le faire que s’il remplace le titulaire.  

Après une interruption de séance, il a été demandé par les syndicats qu’une phrase soit remise dans cet article et que cet ajout soit soumis au vote:

 « Sur autorisation du président, les représentants suppléants peuvent être invités à intervenir en séance. » 

 

SNUDI FO

SNUIPP

SE UNSA

ADMINISTRATION

 

pour

pour

pour

contre

 

Vote du règlement intérieur :

SNUDI FO

SNUIPP

SE UNSA

ADMINISTRATION

contre

contre

contre

pour

 

  1.        II)            Départ en stage CAPA SH et DDEEAS

 

Toutes options confondues, il y a 17 demandes de départ en stage de formation pour le CAPA SH et 1 demande pour le départ en stage de préparation au D.D.E.E.A.S

 

Les 18 demandes ont été accordées par l’administration.

 

DDEEAS

1

Option A

0

Option B

0

Option C

2

Option D

12

Option D « autisme »

1

Option E

1

Option F

1

Option G

1

Etat du personnel spécialisé :

Psychologue scolaire

4 départs à la retraite

1 personne part en formation

4 personnes sont en poste

Option A

Pas de départ à la retraite

4 personnes sont en poste sans spécialisation

Option B

Pas de départ à la retraite

 

Option C

Pas de départ à la retraite

7 personnes sont en poste sans spécialisation

Option D

1 départ à la retraite sous réserve

57 personnes sont en poste sans spécialisation

Option E

2 départs à la retraite + 1 démission

6 personnes sont en poste sans spécialisation

Option F

2 départs à la retraite

36 personnes sont en poste sans spécialisation

Option G

2 départs à la retraite + 2 sous réserve

8 personnes sont en poste sans spécialisation

L’année dernière il y a eu 16 départs en formation.

Les centres de formation sont Amiens, Chalons en Champagne (option G) et Suresnes (options A,B et D « autisme »).

La date limite pour déposer le mémoire est le 17 avril et les épreuves se dérouleront du 12 mai au 5 juin.

 

Nombre de candidats qui suivent la formation CAPA- SH

Nombre de candidats qui passent le concours en candidat libre

Nombre d’admis ayant suivi la formation

Nombre d’admis ayant passé le concours en candidat libre

2015

24

9

 

 

2014

9

12

7

9

2013

9

13

3

9

 

  1.       III)         Adoption de la circulaire du mouvement intra départemental

2 CAPD ont déjà été réalisées pour travailler sur cette circulaire.

Pour mémoire, le SNUDI FO

  • dénonce  le fait  qu’un directeur d’école primaire ne puisse occuper  un poste en maternelle.
  • rappelle son opposition aux vœux  géographiques obligatoires à la deuxième phase du mouvement.
  • déplore que le mouvement soit contraint à cause des postes fléchés et des postes réservés aux fonctionnaires nouvellement nommés.

 

Cette année, en cas de mesure de carte scolaire concernant un adjoint, le barème de ce dernier se verra bonifier d’une prime de 20 points. (25 points en 2014)

L’IA a précisé qu’un groupe de travail sera réuni à la rentrée de septembre afin de mesurer l’impact de cette baisse de barème sur le mouvement.

Des précisions ont été apportées :

  • Le barème des maîtres formateurs et conseillers pédagogiques relève du mouvement général.
  • Pour les postes UPE2A, les personnels  ayant la certification seront prioritaires.

 

Le projet de la circulaire a été soumis au vote :

 

SNUDI FO

SNUIPP

SE UNSA

ADMINISTRATION

 

contre

contre

contre

pour

 

  1. IV)        Divers

 

  • Au 12 mars, il y a 19 démissions de collègues dans le département.
  • 15 contractuels ont été embauchés pour renforcer  les remplacements dans le département.
  • En septembre 2015, les titulaires remplaçants toucheront l’ISSR  et les postes fractionnés auront des frais de déplacement.
  • L’ISSR a été automatisée : cela se fait par trimestre. Un relevé mensuel pourra être envoyé sur la boîte i-prof.
  • Les enseignants modulateurs REP+ touchent 30 points NBI non cumulable soit 119 euros et non la prime ZEP (96 euros). > attention au calcul de la pension et l’année prochaine la prime est doublée.
  • Le concours interne PE n’a pas été ouvert cette année.
  • Cette année, 33 demandes de détachement dans le second degré ont été faites.

 

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 13:26

Adoption de la circulaire du mouvement intra départemental – CAPD du 13 mars 2015

 

2 CAPD ont déjà été réalisées pour travailler sur cette circulaire.

Pour mémoire, le SNUDI FO

  • dénonce  le fait  qu’un directeur d’école primaire ne puisse occuper  un poste en maternelle.
  • rappelle son opposition aux vœux  géographiques obligatoires à la deuxième phase du mouvement.
  • déplore que le mouvement soit contraint à cause des postes fléchés et des postes réservés aux fonctionnaires nouvellement nommés.

 

Cette année, en cas de mesure de carte scolaire concernant un adjoint, le barème de ce dernier se verra bonifier d’une prime de 20 points. (25 points en 2014)

L’IA a précisé qu’un groupe de travail sera réuni à la rentrée de septembre afin de mesurer l’impact de cette baisse de barème sur le mouvement.

Des précisions ont été apportées :

  • Le barème des maîtres formateurs et conseillers pédagogiques relève du mouvement général.
  • Pour les postes UPE2A, les personnels  ayant la certification seront prioritaires.

 

Le projet de la circulaire a été soumis au vote :

 

SNUDI FO

SNUIPP

SE UNSA

ADMINISTRATION

 

contre

contre

contre

pour

 

Repost 0
Published by SNUDI FO OISE - dans Mouvement 2015
commenter cet article
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 10:54

FORMATION M@GISTERE

LES CHS-CT DOIVENT ETRE SAISIS… LE DISPOSITIF SUSPENDU

 

La formation ne correspond pas aux attentes
et aux besoins des enseignants

C’est la confiscation de la formation continue des enseignants par le ministère pour imposer une pédagogie officielle. Le libre choix des enseignants de choisir sa formation disparait : finies les animations qu’on voulait faire dans des niveaux différents de celui de la classe dans laquelle on enseigne, fini le choix des disciplines, finies les échanges entre collègues pour échanger nos compétences…

Elle met en place un dispositif d’auto évaluation

Avec ce dispositif, des enseignants sont sommés de préparer des séances types rendues publiques, qui débouche sur des critiques publiques et une auto-évaluation, non prévue par la réglementation, très éloignée de l’objectif de formation affiché. 

Le ministère entend utiliser M@gistère comme un nouveau moyen d’évaluation des PE. Il est en effet prévu «un suivi et une validation des acquis» de la formation et «l’IEN doit faire le lien entre l’activité de formation et les effets dans la classe». Nul ne doute que l’IEN se servira de l’auto-évaluation pour le rapport d’inspection.

L’absence de confidentialité lors des connexions internet
est une nouvelle pression exercée sur les enseignants

L’affichage du nom du collègue, le temps écoulé depuis sa dernière connexion, les messages qu’il écrit distribués dans les boîtes professionnelles des autres collègues… autant de pressions portent atteinte à la liberté pédagogique individuelle des Professeurs des Ecoles reconnue dans le statut. Autant de situations qui peuvent culpabiliser et fragiliser certains enseignants.

M@gistère impose des heures de travail informel non comptabilisées

Par ailleurs, en fonction des compétences des uns et des autres en TICE, le parcours peut s’avérer bien plus long que les 9 heures prévues dans le module. De plus, les enseignants sont convoqués de plus en plus fréquemment à des réunions concernant l’utilisation de M@gistère. Il en résulte un allongement du temps de travail en dehors du temps imparti par la circulaire de février 2013 sur les 108 heures.

Le SNUDI-FO s’adresse à la ministre pour demander la suspension immédiate de la mise en place de M@gistère.

Il demande que les CHSCT à tous les niveaux soient saisis. Il invite les syndicats départementaux à intervenir en ce sens auprès des autorités académiques.

                                                                                                                  Montreuil, le 19 février 2015

 

Repost 0
Published by SNUDI FO OISE - dans Actualités SNUDI-FO
commenter cet article
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 10:53

Compte-rendu du conseil de formation Oise du 19 février 2015

 

Ordre du jour :

  • Bilan du PDF 2013/2014

  • Magistère

  • Formation des FSA

  • Formation des FSR

  • Questions diverses

     

    La séance est présidée par Mme L’Inspectrice d’académie.

  1. Bilan du PDF 2013/2014

    Ce bilan est présenté par M.LEROUX.

    Le cahier des charges est rappelé :

    Les stages prennent en compte les :

    -Priorités nationales,

    -Priorités académiques

    -Priorités départementales

    Quelles sont les Priorités retenues ?

  • la scolarisation des moins de 3 ans,

  • le dispositif « Plus de maîtres que de classes »,

  • la maîtrise de la langue, des maths ,

  • l’enseignement des LVE,

  • le parcours de l’élève ( notamment cycle III , 6ème).

    Les moyens de remplacement :

    56 BFC et des contractuels M2 ( 2x 3j de remplacement)

     

    160 PES étaient à former.

    Beaucoup de stages à public désigné ont été organisés (en particulier, pour la formation des DE et des PES).
    Des stages ont dû être annulés en raison d’un manque de candidatures ou en raison d’un problème d’organisation.

    Une augmentation de la formation est notée depuis 2010.

    41 % de la formation ont été consacrés à la formation des DE et des PES.

    7% à des formations spécifiques (CAPA SH …)

     

    Sur 4817 enseignants, 1766 ont participé à au moins une formation d’une journée, soit 36%..

    Répartition des stagiaires.


    Beaucoup en élémentaire.
    Beaucoup de maîtres de RASED ont profité d’une formation (+ de 50%). Ce sont des formations ciblées pour les psy ou  sur des sujets pointus.

     

    La participation aux formations a été assidue.

    75 % des stagiaires ont répondu à l’enquête de satisfaction.

    En voici les résultats :

TRES BIEN

31 %

BIEN

58,4 %

 

Une modification de stages en juin nous sera communiquée par mail.

La formation des DE, nouvellement nommés, est prioritaire (2 semaines du 8 au 19 juin).

Quelques remarques :

Il est peu fait appel aux professeurs de l’ESPE.
Pour la conception des stages, une concertation serait nécessaire entre l’IA et l’ESPE.

Une régulation serait souhaitable.

C’est le recteur et l’IA qui définissent le cahier des charges en adéquation avec les orientations ministérielles.

Un équilibre entre public désigné, public concerté et candidature libre est à rechercher.

Plus de stages seraient nécessaires pour traiter de la problématique de gestion et de conduite de classe.

Pour la formation au CAFIPEMF, il serait souhaitable de revoir le calendrier d’entraînement par rapport à l’épreuve de critique de classe.

Pour les personnels spécifiques, des stages académiques seraient plus judicieux.

Aucune formation spécifique n’est programmée pour les T1 et c’est préjudiciable. L’ESPE pourrait être sollicitée pour organiser le suivi des jeunes.

 

  1. MAGISTERE

    Il existe un comité de pilotage.

    Les besoins de formation sont proposés par les IEN , toujours en adéquation avec les priorités  listées ci-dessus.

    Sur 18 h , 9 h se feront sur magistère + 3 h en présentiel sur le thème abordé.

    Calendrier :

    De Décembre à janvier : Inscription

    Février : Ouverture progressive des parcours dans les circonscriptions

     

    A ce jour , 85,6% des enseignants se sont inscrits. Ceux qui ne l’ont pas fait seront contactés et leur inscription se fera manuellement.

    128 groupes ont été créés pour ces différentes formations afin que chacun soit accompagné. Pour le retour en présentiel, une proximité géographique est recherchée. Cette formation pourra être faite par les CPC, les DEA. Le calendrier sera communiqué dans chaque circonscription.

     

    Concernant les équipements informatiques qui peuvent poser problème aux collègues , Mme L’Inspectrice d’Académie indique qu’un groupe départemental est constitué : il comprend des élus et des membres de l’éducation nationale afin de faire évoluer le parc informatique des écoles.

    Il n’y aura pas de contrôle sur le temps en FOAD : la confiance et la responsabilisation des personnels sont mises en avant.

     

  2. Formation des fonctionnaires stagiaires  ( FSA)

    Ils étaient 154.

    Ils auront 324 heures de formation initiale.

    En formation groupée, ils ont eu :

    -Une semaine d’accueil

    -Une semaine maternelle

    -Une semaine élémentaire.

     

    9 d’entre eux ont démissionné.

    Parmi les 9 renouvellements, il y a eu 1 démission.

     Parmi les 4 prolongations, 1 démission et 1 licenciement.

    Ils ont tous :

    -Un livret d’accueil

    -Un cahier de suivi

    -Un livret d’accompagnement.

    Tous les démissionnaires ont été reçus.  Certains ont dit s’être trompés de métier, d’autres ont trouvé que le travail était lourd, d’autres avaient une  représentation du métier qui n’est pas en phase avec  la réalité.

    Certains thèmes de formation devraient être abordés pour ces stagiaires :

  • La gestion des élèves en difficultés solaires

  • La gestion des élèves avec troubles du comportement,

  • La relation aux familles .

    Le groupe de pilotage, mené par Mme PECQUEUX, construit les formations en fonction des besoins qui émergent au fur et à mesure.

  1. Formation des FSR

    Ils sont en classe à mi-temps et en formation à l’ESPE le reste du temps (pas de cours le mercredi)

    Ils auront 240 h de formation au lieu de 650.

    Sur les 3 centres académiques, la formation est différente.

    Les difficultés de formation viennent du fait des différents publics (Masters différents). Concrètement, peu de formation didactique  (seulement 20 h en maths par exemple).

    Tous ceux qui n’ont pas le master MEF ont été reçus afin de préciser avec eux leur formation..

     

    Pour information, 7 FSA sont en situation d’alerte et de soutien pour 10 FSR.

Repost 0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 10:52

Pour un calendrier scolaire national

de 36 semaines, et pas une de plus !

 

Force Ouvrière demande le report de la rentrée scolaire au 1er septembre 2015

 

Tout au long de l’année 2013/2014, la FNEC FP FO, avec les personnels, a multiplié les interventions en direction du ministre pour que la rentrée 2014/2015 ait lieu le 1er septembre pour les enseignants et le 2 septembre pour les élèves.

 

Tout au long de l’année le ministre a tenté de se justifier en expliquant que la rentrée des enseignants le 29 août 2014 correspondait à  la récupération  de la journée de prérentrée travaillée mais hors de la présence des élèves.

 

FO lui a opposé le fait que la prérentrée était une journée travaillée, partie intégrante de l’année scolaire, qui ne justifiait donc aucune récupération.

 

FO lui a opposé l’article L 521-1 du code de l’Education qui prévoit: « L’année scolaire comporte trente-six semaines au moins réparties en cinq périodes de travail, de durée comparable, séparées par quatre périodes de vacance des classes. (…) », et en aucun cas une année scolaire définie en un nombre de jours, annonciatrice d’une annualisation qui ne dit pas son nom.

 

A force de pétition et d’interventions sous des formes diverses, FO a obtenu du ministre qu’il reconnaisse enfin le bien-fondé de cette demande et rétablisse la rentrée des enseignants le 1er  septembre 2014.

Le problème est posé à nouveau pour la rentrée 2015 : la Ministre doit décider de déplacer la rentrée des enseignants du 29 août au 1erseptembre !

 

Par ailleurs, La ministre vient d’annoncer l’ouverture de discussions sur le calendrier scolaire au motif que le découpage du territoire national en 13 grandes régions imposait des modifications. La FNEC FP-FO tiendra les personnels informés de la décision de la ministre.

 

Le SNUDI s'adresse au ministre pour lui demander :

 

- Le maintien d’un calendrier national unique pour les écoles, les collèges    et les  lycées intégrant le rythme 7/2

- Le report de la rentrée des enseignants du 28 août 2015 au 1er septembre 2015

- Le respect du Code l’éducation qui fixe la durée de l’année scolaire à   36 semaines

- de renoncer à une deuxième journée de prérentrée

 

Rythmes scolaires :

la réglementation statutaire prime sur les chartes, protocoles et autres conventions

Avec la généralisation de la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires, des élus de Cergy, Carcassonne, Créteil … tentent d‘imposer des conventions qui ne se limitent pas à décliner le règlement intérieur de l’école mais créent des règles dérogatoires à cette réglementation et aux obligations de services des enseignants.

 

En réponse à un courrier du SNUDI-FO demandant que soit mis fin à ces chartes, protocoles et autres conventions relatives à la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires, la ministre confirme, par courrier du 16 janvier, que les obligations des Professeurs des Ecoles relèvent uniquement de la réglementation statutaire.

Le directeur d’école n’a pas

«de directives à donner aux personnes chargées de la surveillance de ces activités».

Ainsi, elle confirme que le directeur d’école n’a pas «de directives à donner aux personnes chargées de la surveillance de ces activités». Il ne lui revient donc pas de gérer l’organisation et le travail des personnels chargés des activités périscolaires.

 

De plus, elle précise justement, qu’il incombe à la commune d’organiser la transition entre le temps scolaire et les temps périscolaires et d’en informer le directeur dont le rôle se limite à «veiller à ce que la commune lui fournisse les informations nécessaires à la transition entre temps scolaires et périscolaires».

 

«les enseignants n’ont pas de responsabilité à assumer en dehors du temps scolaire»

La ministre rappelle également, à l’occasion de ce courrier :

►que «les enseignants n’ont pas de responsabilité à assumer en dehors du temps scolaire…». Ils ne peuvent donc pas se voir imposer d’assumer le temps de transition entre le temps scolaire et le temps périscolaire ;

►que leurs «obligations en matière de surveillance, lors de l’accueil et à la sortie des classes restent fixées par le service de surveillance organisé en conseil des maîtres et formalisé par le tableau de surveillance».

 

L’utilisation des salles de classe relève du règlement intérieur

défini par le conseil des maîtres

Avec la généralisation de la réforme des rythmes scolaires, les enseignants sont confrontés à l’utilisation systématique des locaux scolaires, et en particulier des salles de classe, à d’autres fins que l’enseignement.

 

La ministre réaffirme dans son courrier que «les conditions d’utilisation des locaux scolaires, de leurs équipements et du matériel d’enseignement sont fixées par le règlement intérieur de l’école» sous l’autorité du directeur qui «veille à la bonne marche de chaque école maternelle ou élémentaire» (art L 411-1 du code de l’éducation).

Il n’est donc pas nécessaire qu’une convention vienne l’affaiblir sauf à vouloir remettre en cause le règlement intérieur ou le contourner pour créer une situation dérogatoire préjudiciable aux enseignants fonctionnaires d’Etat.

 

Ce même article précise que le directeur «assure la coordination nécessaire entre les maîtres» sans toutefois permettre une quelconque confusion des rôles et des missions avec les personnels communaux assurant les activités périscolaires.

 

Le statut s’impose à tous, nul ne peut signer de telles conventions

En complète contradiction avec les termes du courrier de la ministre, des autorités locales de l’Education nationale ont
apposé leur signature sur de telles conventions proposées par les élus des communes de Cergy, Carcassonne et Créteil …

►Le SNUDI-FO s’adresse au ministre pour que la signature de ces documents par les autorités de l’éducation nationale soit retirée ;

► Il invite ses syndicats à la plus grande vigilance sur ce sujet et à intervenir systématiquement pour
s’opposer à ces pratiques dérogatoires au statut des PE.

 

Abrogation des décrets Peillon/Hamon sur les rythmes scolaires

Montreuil, le 10 février 2015

 

 

Repost 0
Published by SNUDI FO OISE - dans Actualités SNUDI-FO
commenter cet article
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 10:51

Les problèmes de remplacement se multiplient
dans les départements : l’école publique est frappée

de plein fouet par l’austérité

 

Dans tous les départements, le nombre de journées non remplacées explose et les conséquences de cette situation sont de plus en plus insupportables : l’enseignement n’est plus assuré, les écoles sont désorganisées et transformées en garderies, les personnels épuisés, les directeurs transformés en remplaçants pendant leur temps de décharge, les conditions de sécurité remises en cause, les stages de formation continue annulés…

 

Chaque jour, les collègues alertent le syndicat : « C’est un cauchemar (…) Ceux qui viennent travailler avec 5, 6, 7 élèves en plus vont tenir combien de temps ? Les élèves qui sont répartis un jour, un ZIL le lendemain, un autre ZIL, répartis à nouveau...depuis 3 semaines. Qui s’intéressent à eux en haut lieu ? Il ne s’agit pas du pic de grippe de janvier ou février, dont le rectorat nous parle chaque année. Il s’agit d’un épuisement général dans notre école, particulièrement depuis la mise en place des nouveaux rythmes scolaires ».

 

Les élèves et les enseignants subissent de plein fouet les conséquences de l’austérité imposée par le pacte de responsabilité et des suppressions de postes : cette année, en comparaison avec l’année 2008, le déficit est au plan national d’environ 2000 postes de titulaires-remplaçants !

 

Aux enseignants et parents qui revendiquent les moyens indispensables, les IA/DASEN invoquent le « facteur saisonnier » et ordonnent le plus souvent aux enseignants de répartir les élèves des collègues absents dans leurs classes, en s’appuyant sur le principe de continuité du service… Mais la continuité du service, c’est la continuité du service public d’enseignement et non d’un service de garderie ! Rien n’oblige  un enseignant à accueillir les élèves d’un collègue car comme le précisait le ministère en 2000 en réponse à un parlementaire « il n’est pas fait obligation aux instituteurs non malades d’accueillir les élèves de leurs collègues malades puisqu’ils assurent déjà le service d’enseignement normalement prévu pour les élèves de leur propre classe ». C’est par l’action syndicale que nous pouvons répondre au problème…

 

A Paris, tous les syndicats exigent le recrutement immédiat des listes
complémentaires

 

A Paris, une motion des syndicats SNUDI-FO, SNUipp-FSU, SE-Unsa et Sud Education, présentée en CAPD, revendique « le recrutement des derniers lauréats sur la liste complémentaire du CRPE rénové 2014 afin de pallier le manque d’enseignants au sein de l’académie ».

 

Réunies à l’initiative du SNUDI-FO, les listes complémentaires ont décidé de se rendre en délégation au rectorat de Paris et d’appeler les collègues et tous les syndicats à se joindre à cette initiative : « Nous voulons enseigner (…) Nous sommes prêts à venir combler les postes vacants et nous demandons à être recrutés immédiatement comme fonctionnaires de l’Education nationale ».

 

A cette étape, les autorités ministérielles et académiques refusent de les recruter en tant que stagiaires (avec formation professionnelle différée), ne proposant à certains qu’un CDD leur imposant ainsi une situation de précarité…et l’obligation de repasser le concours ! Les syndicats parisiens ont décidé de s’adresser à la ministre.

 

Le SNUDI-FO appuie  toute initiative en direction des autorités académiques et ministérielles : recrutement immédiat des listes complémentaires, rétablissement des postes de titulaires-remplaçants supprimés ces dernières années !

 

AG parents/enseignants, pétitions, occupations d’école, délégations, préavis de grève…le SNUDI-FO appuie toute initiative en direction des autorités académiques et ministérielles pour revendiquer les moyens et postes nécessaires.

Les dotations pour la rentrée 2015, très insuffisantes, ne permettront pas d’améliorer les dispositifs de remplacement, bien au contraire. D’autant plus que la ministre incite à utiliser de plus en plus de moyens pour créer des postes « innovants » du type « plus de maîtres que de classes »… Non ! Ce que demandent les collègues c’est qu’il y ait déjà autant de maîtres que de classes ! Le syndicat exige le rétablissement des postes supprimés ces dernières années pour répondre aux besoins urgents.

 

Ce que veulent les collègues, ce sont des recrutements, des postes statutaires et notamment des postes de titulaires remplaçants

 à hauteur des besoins !

Ce que veulent les collègues c’est une action déterminée contre la politique d’austérité !

 

Montreuil le 11 février 2015

 

Repost 0
Published by SNUDI FO OISE - dans Actualités SNUDI-FO
commenter cet article
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 10:49

Nouveaux programmes de maternelle :

retour aux jardins d’enfants municipaux ?

 

La ministre a présenté au Conseil Supérieur de l’Education du 5 février le projet de programmes pour l’école maternelle qui devrait rentrer en application à la rentrée 2015.

 

Dès l’introduction, ces nouveaux programmes de la loi de Refondation de l’école, qui accompagnent le retour à un cycle unique pour l’école maternelle, proposent de « définir les modalités de relations avec les parents », dans la plus grande autonomie.

 

L’école  maternelle inscrite dans le PEdT…

Pour la ministre « l’école accompagne les transitions vécues par les enfants » et « construit des passerelles au quotidien entre la famille et l’école, le temps solaire et le temps périscolaire » -  Les enfants devraient« apprendre à repérer les rôles des différents adultes et des différents espaces de la classe ».

 

Ainsi au nom de la continuité éducative et de l’articulation des temps éducatifs de l’enfant, ce texte préconise d’institutionnaliser la confusion entre le scolaire et le périscolaire, rendant nécessaire « d’établir des relations avec des partenaires extérieurs à l’école, notamment dans le cadre des projets éducatifs territoriaux ».L’enseignement devenant, au sein de la maternelle, une activité parmi d‘autres, dans une logique partenariale avec les collectivités territoriales

 

Ces programmes s’inscrivent totalement dans la réforme des rythmes scolaires et de l’adaptation de la maternelle aux besoins des PEdT, porteurs de menaces contre les garanties statutaires des PE.

 

… pour mieux l’assimiler aux jardins d’enfants municipaux

A plusieurs reprises ces nouveaux programmes transforment l’enseignant en animateur :

« l’enseignant anime des moments qui ont la fonction de faire apprendre.. », au détriment de la mission d’enseigner qui disparaît au sein d’une classe devenue « communauté d’apprentissage », que rien ne différencie plus des structures d’accueil du type « jardins d’éveil ».

 

Avec ces nouveaux programmes l’école maternelle est transformée en « écoles autonomes »  placées en dehors de toute réglementation nationale, « l’évaluation mise en œuvre, étant organisée selon les modalités définies au sein de l’école ».

 

Enfin, la réduction du nombre d’«attendus en fin de cycle «de 135 à 59 exprime la volonté ministérielle d’avancer dans la mise en œuvre, dès la maternelle, de l’école du socle commun privilégiant les compétences contre les connaissances.

 

Force Ouvrière ne s’inscrira pas dans un consensus

FO pour sa part, ne s’inscrira pas dans un consensus visant à approuver des programmes dont la fonction principale est d’adapter l’école maternelle aux besoins de la réforme des rythmes scolaires, de la généralisation annoncée des PEdT et de l’école territorialisée de la loi de Refondation.

 

Montreuil le 11 février 2015

 

Repost 0
Published by SNUDI FO OISE - dans Actualités SNUDI-FO
commenter cet article
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 10:33

Projet Circulaire du mouvement : 2e discussion du Projet

CAPD du 29 janvier 2015

 

Le SNUDI FO déplore que le mouvement soit contraint à cause des postes fléchés et des postes réservés aux fonctionnaires nouvellement nommés.

De même, le SNUDI FO dénonce  le fait  qu’un directeur d’école primaire ne puisse occuper  un poste en maternelle.

Le SNUDI FO  rappelle son opposition aux vœux  géographiques obligatoires à la deuxième phase du mouvement.

 

Les zones géographiques sont les mêmes que  l’an dernier. Certains postes à profil vont être maintenus (ESAP, + de maître que de classe…)

 

  • L’IA a maintenu le double barème concernant les directeurs. De plus, elle leur a octroyé un plafonnement à 10 points d’ancienneté dans le poste.
  • Le SNUDI FO  a demandé que le plafonnement soit accordé aussi aux adjoints.

 

Les 3 propositions ont été soumises au vote :

 

 

SNUDI FO

SNUIPP

SE UNSA

Maintien du double barème

contre

contre

pour

Plafonnement à 10 points pour les directeurs

contre

contre

contre

Plafonnement à 10 points pour tous : adjoints et directeurs

Pour

pour

contre

 

Pour les délégations, « l’administration est dans l’incapacité de traiter les délégations au deuxième mouvement sauf les situations de conflit à la marge. Ce sera traité pour la deuxième phase pour le 8 juin 2015. »

Les collègues subissant une mesure de carte scolaire bénéficieront d’une majoration de 20 points  : l’IA a décidé de passer de 25 à 20 points.

Les postes de TRS : il y aura des mi-temps pour les stagiaires, on essaiera à terme de revoir l’organisation.

Pour les directions, il y a 39 postes vacants à la rentrée 2014, actuellement 17 possibilités de départs à la retraite.

 

Repost 0
Published by SNUDI FO OISE - dans Mouvement 2015
commenter cet article